Problèmes de santé

Problèmes de santé

Blessures liées à la pratique instrumentale

L’activite musculaire pendant la pratique d’un instrument est un parame tre important dans l’identification des premiers sympto mes d’un proble me musculo-squelettique. Il existe une varie te de techniques mesurant l’activite musculaire, la plus courante e tant l’e lectromyographie (EMG). Afin d’e valuer la co-contraction des muscles de l’avant-bras pendant le jeu pianistique, nous avons effectué des mesures e lectromyographiques afin de quantifier les changements de raideur dans les muscles pendant le travail du pianiste. Nous avons observe des niveaux stables mais significatifs de co-contraction pendant la re alisation de gammes, alors que l’on en constatait des variations significatives, correspondantes a des vitesses d’exe cution plus rapide et un plus grand volume sonore pendant l’interpre tation de re pertoire. Toutefois, la co-contraction n’e tait pas directement relie e a des sentiments d’inconfort. Contrairement a ce que plusieurs experts pensent, les re sultats de cette e tude indiquent que la pre sence de co-contraction est en re alite inhe rente au jeu pianistique (Andison, 2011).

La came ra infrarouge peut mesurer a distance les tempe ratures des muscles superficiels des bras et des mains pendant le jeu d’un pianiste. Dans une premie re e tude, nous avons e te en mesure de de montrer qu’une thermographie infrarouge peut e tre un outil important dans l’e tude du jeu pianistique en fournissant de l’information sur les changements des températures musculaires. L’interprétation de ces changements contribuera e ventuellement a une meilleure compre hension des interactions entre les muscles, les effets des re chauffements et les techniques pendant la performance (Herry, Frize, Goubran, et Comeau, 2005). Dans une deuxie me e tude faite a l’aide de l’imagerie infrarouge, nous avons examine les diffe rences de tempe ratures chez des pianistes e prouvant de la douleur en jouant et des pianistes qui n’en e prouvent pas. Nous avons constate qu’il y a une diffe rence statistiquement significative entre les tempe ratures des mains entre ces deux groupes. De plus, les pianistes e prouvant de la douleur montraient de plus grandes tempe ratures dans les mains que dans les bras (Mohamed, 2011). Ces deux e tudes montrent que le suivi des tempe ratures musculaires peut fournir d’importantes informations sur l’e chauffement physique et qu’il peut contribuer a l’identification des signes pre curseurs des troubles inflammatoires musculo-squelettiques. Nos recherches ont pour objectif de comprendre la signification biome canique de l’e chauffement pendant les pratiques de piano et d’e valuer ses impacts sur les muscles, les articulations et le syste me nerveux.

Projets à venir : La rigidité, la relaxation, la co-contraction et les proble mes pluri-articulaires sont des notions centrales en pe dagogie du piano. Lorsqu’ils jouent, les pianistes peuvent choisir d’utiliser l’ensemble puissant des muscles externes des bras ou les muscles internes plus petits des paumes afin de varier les qualite s de leur jeu. Par ailleurs, l’e chauffement est lie directement a plusieurs facteurs et phe nome nes. Notre travail actuel se concentre de ja sur ces aspects et cherche a mieux comprendre la signification biome canique de l’e chauffement et a e valuer l’impact du jeu pianistique sur les muscles, les articulations et le syste me nerveux. Nous planifions en fin de compte de publier un manuel pour les chercheurs et les professeurs de piano portant sur la biome canique du jeu pianistique.

Anxiété de performance

Un certain nombre de musiciens sont affectés par l’anxiété de performance alors que nous en connaissons peu les aspects cognitifs. Dans une première étude, nous avons examiné les signes et symptômes que les enfants (8-12 ans) et les adolescents (13-17 ans) éprouvent ainsi que leur perception du niveau d’intensité de leur anxiété. La contribution la plus importante de cette recherche a été de montrer que l’anxiété augmente avec l’âge et qu’il y a des différences entre l’anxiété émotionnelle et l’anxiété physique, ainsi qu’entre les garçons et les filles. L’existence d’un lien important entre le perfectionnisme, la confiance en soi (auto-efficacité) et l’anxiété suggère que les élèves présentant un fort perfectionnisme et une faible confiance en soi sont plus à risque de souffrir d’anxiété de la performance (Dempsey, 2015). Nous avons examiné l’impact que peuvent avoir les pensées négatives sur l’anxiété de performance. En nous basant sur des méthodologies de psychologie sportive, nous avons pu présenter des stratégies de négociation de l’anxiété et traiter de l’importance de la relation maître-élève pour le développement d’une approche plus positive de la performance (Mo, 2015).

Capacité auditive chez les apprentis musiciens

De nombreuses études effectuées sur les musiciens et les pertes auditives ont montré que les musiciens sont souvent exposés à des niveaux sonores dépassant les limites sécuritaires pendant de longues périodes de temps. Ces études ont été toutefois conduites auprès de musiciens professionnels d’âge moyen, et ce, avant la prolifération des dispositifs d’écoute musicale individuelle (iPod, téléphone intelligent, etc.). Nous poursuivons maintenant une recherche en trois étapes. Premièrement, nous testons la sensibilité auditive des élèves de musique âgés de 17 à 24 ans afin de déterminer s’ils sont plus grandement affectés par des pertes auditives en comparaison avec la population générale. Deuxièmement, on considérant l’utilisation plus grande de dispositifs d’écoute musicale chez les jeunes, nous cherchons à vérifier s’il s’agit d’un facteur potentiel expliquant les pertes auditives chez des étudiants en musique. Enfin, nous examinons s’il y a une corrélation entre les seuils auditifs des étudiants de musique d’une part, et d’autre part l’instrument dans lequel ils se spécialisent, le temps passé à pratiquer, les lieux dans lesquels ils ont l’habitude de pratiquer et le temps passé à faire de la musique avec d’autres musiciens (Comeau, Koravand, et Swirp, 2017).